15 ans pour dépolluer la Méditerranée

              source: Le plan bleu

 Infographie: Philippe DAUTREMONT Midi Libre réservée à notre site ANPG 11

                                                                                                                                                                          

15 ans pour dépolluer la méditerranée

                                                               

 

Programme horizon 2020

 20 novembre 2006   La Commission Européenne réunit au Caire les 22 ministres de l’environnement des pays riverains de la « grande bleue »

(427 millions d’habitants)

 

objectifs  s’attaquer aux principales sources de pollution.

 

Les déchets municipaux et les eaux usées sont responsables à plus de 80%de la pollution de la mer.

Dans le sud et l’est du bassin méditerranéen, peu d’eaux usées sont traitées (seulement 1,5% des eaux des rejets industriels) et 80 à 90% des déchets municipaux finissent entreposés à l’air libre ou incinérés, ce qui provoque l’émission de dioxines.

De plus on s’attend à une hausse de la population littorale de 30 millions d’habitants d’ici 2025 et on peut craindre le bétonnage de la moitié des            46 000 km  de côtes.

Problème crucial non résolu :  Qui va payer ?  L’Europe ?  Les ressources nationales ?  Les prêts d’institutions ? Les dons ?

 

 Le point de vue de l’expert Henri Luc Thibault directeur du plan bleu

 

Les côtés positifs

 -   40% des eaux usées des villes de plus de 100 000 habitants sont traitées.

     C’est encore insuffisant mais c’est mieux qu’il y a 30 ans.

-         Les 21 pays membres de la Convention de Barcelone (1975) ont tous un ministre de l’environnement.

 

Les principaux problèmes de la Méditerranée :

- les 3 domaines discutés au Caire sont prioritaires   - eaux usées

                                                                         - émissions industrielles

                                                                              - déchets urbains

- Cependant la montée du niveau des eaux due au réchauffement climatique

va avoir un  fort impact sur le littoral  et menace la biodiversité et les écosystèmes, ce qui entraînera des implications économiques considérables.

 

Maire d’une grande ville du Sud  Mr. Thibault agirait sur l’assainissement et la gestion des déchets.

 

Maire d’une grande ville du Nord méditerranéen Mr. Thibault agirait sur les transports, l’étalement urbain et la consommation énergétique.

 

Dans les deux cas,  il se soucierait du bétonnage de la côte.

 

Source : article Lise Valette Midi libre du 20 novembre 2006.

Date de dernière mise à jour : Dim 02 Fév 2014