Naufrage du 5 mai 2006

Naufrage devant le port de Narbonne plage
      
    En cette belle après midi du mois de mai, ni le soleil généreux ni la douce torpeur qui avaient envahi le port ne laissaient augurer le drame qui en quelques minutes allait coûter la vie à deux plaisanciers . 
    Sans revenir sur les circonstances connues du drame, houle, vent d' Est, vagues déferlantes sur les bancs de sable, rouleau mal négocié avant l'entrée du port et bateau qui gîte brusquement éjectant ce couple de vacanciers amoureux de notre côte, on peut malgré tout s'interroger sur l'attitude de certains témoins du drame.
    Chacun sait que les premières minutes, aussitôt après un accident sont souvent déterminantes pour la survie des victimes. Or les pêcheurs installés sur la jetée côté Saint Pierre n'ont pas réagi...Certes on ne peut demander à quelqu'un qui n'est peut être pas un très bon nageur ou qui n'a pas le courage, de se jeter à l'eau, mais la moindre des choses eût été qu'ils appellent "au secours", qu'ils signalent l'endroit, ou essaient de jeter un engin flottant...Cela n'a pas été le cas!
    C'est ainsi que Pierre Gaubert et Thierry Ruiz nos deux amis de l' ANPG ont perdu de précieuses minutes avant d'apercevoir un corps qui passait devant le phare de la jetée de Saint Pierre. Aidés et transportés rapidement par René Pérea responsable du port, ils parviennent enfin sur la plage où les malheureux, rejetés par les rouleaux et enfin secourus par des témoins, sont hissés sur le sable...
    Les victimes reçoivent les premiers soins sous la responsabilité de notre ami Pierre Gaubert, ambulancier et secouriste; 26 minutes de bouche à bouche et de massages plus l'aide de nos amis du club de plongée de Narbonne plage et de leur équipement de réanimation n'ont pu éviter le pire.
    On pourrait en rester là et se dire que tout a été tenté..Ce n'est pourtant pas l'avis de nos deux amis choqués par l'attitude des témoins les plus proches du drame: certains n'ont pas lâché leur canne à pêche, d'autres n'ont pas daigné quitter leur serviette de bain..."J'étais là avant " répond cette femme à Pierre qui lui faisait remarquer que ce n'était pas un spectacle pour ses enfants...
    Ainsi va le monde, ainsi évolue notre société...
    Merci à Pierre, Thierry, René..........et à tous ceux qui ont fait leur possible, leur devoir de citoyen, tout simplement.
                                                         DS

Date de dernière mise à jour : Dim 02 Fév 2014